Thèmes – Famille – Proches aidants

WORK_CARE.png

Première plateforme nationale pour les proches aidants

Dans un futur proche, il y aura en Suisse toujours plus de personnes âgées qui nécessiteront soins et soutien. Parmi elles, de nombreuses personnes souhaitent vivre le plus longtemps possible à la maison. Pour rendre cela possible, leurs proches offrent leur aide – même si ces tâches s’ajoutent à leur activité professionnelle. Le site www.info-workcare.ch de Travail.Suisse renforce l’aide intergénérationnelle au sein des familles en offrant gratuitement informations, conseils, outils et adresses de proximité aux proches aidants qui restent professionnellement actifs.

Pour de plus amples informations, cliquez ici.


Reconnaissance du travail de care : le Conseil fédéral voit juste

Travail.Suisse applaudit la décision du Conseil fédéral de vouloir trouver des solutions en fa-veur des travailleurs et des travailleuses qui accompagnent leurs proches. Seule une compensa-tion suffisante de la perte de gain momentanée pourra permettre aux actifs de concilier activité professionnelle et travail de care, et ainsi de conserver leur emploi. suite

Congé de courte durée pour soigner un parent malade ; congé de longue durée quand son propre enfant est gravement malade ou accidenté ; les deux congés devant prévoir une compensation du salaire manquant par le système des allocations de perte de gain : voilà des mesures que Travail.Suisse, l’organisation faîtière indépendantes des travailleurs et des travailleuses, réclame depuis plusieurs années. Le Conseil fédéral ouvre aujourd’hui la voie à l’adoption de mesures indispensables qui vont encourager la prise en charge et l’accompagnement de leurs proches par les personnes qui occupent un emploi.

Le projet en préparation devra aussi englober les proches de personnes handicapées avec un degré impotence faible, ainsi que les concubins.

Le Conseil fédéral suit la même logique qu’en décembre dernier, quand il a adopté le postulat du conseiller national et président de transfair Stefan Müller-Altermatt : il va aussi fournir un rapport qui montre comment il est possible de préserver une prévoyance professionnelle adéquate pour les personnes qui s’occupent de proches.

Travail.Suisse attend avec beaucoup d’intérêt le projet législatif qui résultera de cette décision. En attendant, toute personne concernée peut se renseigner sur la première plateforme nationale destinée aux proches aidants lancée par Travail.Suisse en octobre 2016 : www.info-workcare.ch.

Pour d’autres informations :
Valérie Borioli Sandoz, Responsable politique d’égalité, tél. 079 598 06 37 ou tél. 031 370 21 11

Annexe Dimension

Flyer info-workcare.pdf 1778 KB

01 février 2017, Valérie Borioli Sandoz, Responsable politique d'égalité Drucker-icon

www.info-workcare.ch – déjà plus de 500 visites chaque semaine

Deux mois après son lancement, la première plateforme nationale d’informations et de ressources pour les proches aidants qui travaillent trouve petit à petit son public. Le site www.info-workcare.ch lancé par Travail.Suisse le 25 octobre dernier est visité plus de 500 fois en moyenne chaque semaine. C’est ce que révèle le compteur embarqué sur le site. D’après les statistiques fournies automatiquement par google.analytics, le profil des utilisateurs est majoritairement masculin et germanophone. Travail.Suisse planifie de mettre à jour les adresses de proximité grosso modo chaque mois : c’est ce qui été fait une première fois en novembre, grâce aux informations communiquées on line par les utilisateurs. suite

Lors de la programmation du nouveau site internet, un compteur automatique de la fréquentation a été installé grâce à la technologie offerte par google.analytics. Les premiers chiffres indiquent qu’en moyenne, mise à part la première semaine de forte fréquentation marquée par « l’effet d’annonce », plus de 500 sessions hebdomadaires, provenant de 335 visiteurs, sont enregistrées. En tout, entre le 25 octobre – jour du lancement – et le 12 décembre, 2814 personnes se sont rendues sur www.info-workcare.ch lors de 3805 sessions. Plus de vingt-trois mille pages ont été consultées.

La technologie utilisée par google permet aussi de consulter des données démographiques et géographiques sur les utilisateurs et utilisatrices. Bien entendu, ces données ne sont disponibles que pour les internautes qui se sont identifiés avec leur compte google. Ceci implique qu’un certain nombre de visiteurs non identifiés n’est pas répertorié. Pour ce qui est des données collectées, on apprend que les utilisateurs sont majoritairement des hommes (54%) quand bien même les proches aidants sont majoritairement des femmes. On apprend aussi, sans surprise cette fois, que le site www.info-workcare.ch est consulté en grande majorité par des germanophones (64%), suivi par les francophones (17%) et les italophones (5%), le reste n’étant pas défini.

Première mise à jour des adresses

Le site central d’informations www.info-workcare.ch recense les adresses régionales utiles aux proches aidants qui travaillent, pour les aider à trouver facilement les prestations qu’ils recherchent. Plus de 1000 adresses y figurent déjà, réparties selon les cantons et le type de prestations recherchées. Celles-ci sont ordonnées selon quinze grandes catégories et soixante-quatre sous-catégories différentes. Travail.Suisse a réalisé ce travail original en se mettant dans la peau du proche aidant à la recherche d’informations. La difficulté majeure a été de regrouper des prestations aux appellations différentes mais aux contenus similaires, puisque souvent, chaque organisation régionale est libre d’attribuer les noms qu’elle souhaite, même si elle est membre d’une seule et même association nationale.

Une lecture attentive de toutes les prestations offertes a été nécessaire, un travail minutieux qui a permis de découvrir des aides très particulières et uniques, comme cette aide financière de Caritas Grisons aux plus démunis qui ont des animaux de compagnie, afin de leur permettre d’acheter de la nourriture pour leur chat ou leur chien sans devoir se priver eux-mêmes.

S’il manque une adresse importante, ou s’ils découvrent une erreur, les utilisateurs et les utilisatrices peuvent les signaler. C’est ce que les premiers visiteurs ont fait, grâce au formulaire de contact disponible à la rubrique « contact ». Un mois après son lancement, www.info-workcare.ch a été complété. En tout, une cinquantaine de nouvelles adresses, de compléments d’adresses et de corrections mineures ont été apportées. Il faut savoir que les corrections ne se font pas automatiquement on line. Chaque adresse nouvelle est d’abord vérifiée par Travail.Suisse. Si elle correspond à la politique de diffusion d’"info-workcare.ch":http://www.info-workcare.ch, elle sera prise en compte.

Politique de publication et présence sur un réseau social

En effet, Travail.Suisse a dû adopter une politique de publication stricte. Les adresses répertoriées sur le site sont principalement celles d’associations et d’organismes à but non lucratif et, si possible, actifs sur l’ensemble du territoire national. Les offres d’organismes et d’institutions reconnus et/ou bénéficiant d’un financement public figurent aussi dans le répertoire. En sont exclues toutes les adresses purement commerciales. Le site www.info-workcare.ch ayant bénéficié des aides financières de la Confédération via la Loi sur l’égalité entre femmes et hommes, il ne génère aucun bénéfice et est totalement gratuit d’accès. C’est pourquoi les offres commerciales en sont exclues.

Certaines adresses signalées via le formulaire en ligne étaient de fait déjà enregistrées, mais sous la catégorie générale « Divers, Prestations diverses ». C’est parfois le cas lorsqu’une grande association déjà très organisée, comme Pro Senectute Zürich par exemple, recense en ligne les nombreuses prestations proposées. Cette dernière met un masque de recherche à disposition sur son site. D’une manière générale, si une autorité cantonale ou une association recense des adresses locales, info-workcare.ch conduit ses usagers à ce recensement et s’arrête là. Ceci pour éviter le travail fait à double d’une part, et parce que le conséquent travail de mise à jour doit rester aux mains de l’organisme ou de l’association à l’origine du premier recensement d’autre part.
Les actualités autour du thème général des proches aidants et d’"info-workcare.ch":http://www.info-workcare.ch sont publiées sur Facebook, à la page @infoworkcare.ch (en français seulement, pour des raisons de ressources limitées), sans qu’il y ait besoin d’y avoir un compte. C’est via ce réseau social qu’ont été annoncées la mise à jour des adresses, les reflets du lancement du 25 octobre et les échos médiatiques ou les décisions du Parlement en lien avec le thème.

Evaluation du contenu d’"info-workcare.ch":http://www.info-workcare.ch par les utilisateurs dès 2017

L’utilisation du site par ses visiteurs sera organisée dès le début 2017. Pour ce faire, une douzaine de personnes seront recrutées pour participer à une évaluation. Cette évaluation a été confiée au bureau interface à Lucerne. Les personnes intéressées peuvent déjà s’annoncer via le formulaire « contact » sur www.info-workcare.ch.

Annexe Dimension

2016 12 19 NEWS infoworkcare f.doc 47 KB

19 décembre 2016, Valérie Borioli Sandoz, Responsable politique d'égalité Drucker-icon

Travail de care: le Conseil fédéral reconnaît qu’il est temps d’agir

Travail.Suisse se félicite que le Conseil fédéral soit prêt à examiner la manière dont les personnes fournissant un travail de care peuvent maintenir une prévoyance professionnelle adéquate. En acceptant le postulat Müller-Altermatt, le Conseil fédéral signale qu’il est prêt à agir. Nous espérons qu’il identifiera aussi des solutions concrètes. suite

En acceptant le postulat de Stefan Müller-Altermatt, conseiller national et président de transfair, le Conseil fédéral s’engage à rédiger un rapport relatif au postulat qui doit monter comment il est possible de préserver une prévoyance professionnelle adéquate pour les personnes qui s’occupent de proches (personnes fournissant un travail de care).
Nous nous attendons à ce que le rapport identifie des amorces concrètes de solutions et réserve au travail de care l’importance qu’il revêt déjà depuis longtemps sur le plan social.

De quoi s’agit-il?

La prise en charge de proches (travail de care) exige dans de nombreux cas la réduction du temps de travail. La personne qui réduit son temps de travail renonce cependant non seulement à son salaire mais aussi aux cotisations à la prévoyance professionnelle. Cette défaillance de la prévoyance est souvent une conséquence vécue par ceux qui prennent en charge un travail de care à domicile au lieu de le déléguer à des institutions publiques. Le travail de care a au bout du compte pour résultat des coûts moindres pour la collectivité, le maintien de la proximité aux proches pour les personnes nécessitant les soins, mais une atteinte à leur propre revenu financier pour les proches soignants. La situation peut s’arranger pour le mieux pour toutes les personnes intéressées si la prévoyance professionnelle des personnes fournissant un travail de care est assurée.

Travail.Suisse en faveur de la reconnaissance du travail de care

Travail.Suisse s’engage depuis des années en faveur de la conciliation entre la profession et le travail de care. Nous avons lancé en octobre le site Internet info-workcare.ch – un pas important sur la voie menant à la reconnaissance officielle du travail de care.

Pour d’autres informations :
Valérie Borioli Sandoz, Responsable politique d’égalité, tél. 079 598 06 37 ou tél. 031 370 21 11

Annexe Dimension

20161215 PEA Care-Postulat SMA positiv FR.docx 14 KB

16 décembre 2016, Valérie Borioli Sandoz, Responsable politique d'égalité Drucker-icon

www.info-workcare.ch est en ligne !

Hier a été lancée la première plateforme nationale d’informations et de ressources destinée aux proches aidants qui travaillent : www.info-workcare.ch. C’est la réponse de Travail.Suisse, l’organisation faîtière indépendante des travailleurs et des travailleuses, au problème de la conciliation du « work and care ». La politique fédérale discute pourtant du sujet depuis plusieurs années, mais c’est aujourd’hui que les proches aidants ont besoin d’être déchargés, pour commencer au niveau des nombreuses informations qu’ils doivent réunir. suite

Le rythme de la politique suisse consensuelle est très lent, alors que les difficultés auxquelles se heurtent les proches aidants sont quotidiennes. Un des premiers besoins des personnes concernées est la nécessité de collecter toutes sortes d’informations provenant de sources différentes. C’est une des premières activités auxquelles sont confrontés les partenaires, les fils et les filles des personnes qui ont besoin d’aide dans leur vie quotidienne. Rechercher les informations adéquates est terriblement chronophage et requiert des connaissances parfois pointues dans divers domaines.
C’est pourquoi Travail.Suisse a décidé de construire une plateforme nationale d’informations destinées aux proches aidants actifs. Avec www.info-workcare.ch, l’organisation faîtière indépendante des travailleurs et des travailleuses met à la disposition de toutes et de tous un site internet gratuit, disponible en trois langues qui fournit des adresses de proximité, des informations générales (financières, juridiques), des conseils pratiques et des outils pour permettre de gérer au mieux engagement personnel et activité professionnelle.

Le « travail de care », c’est quoi ?

Le contenu et la structure d’info-workcare.ch a été conçu avec l’aide de nombreux expert-e-s issus d’associations diverses, d’organisations du monde du travail et de la recherche. Une des premières questions qui s’est posée était de définir ce qu’est le travail de care. Travail.Suisse a choisi de se baser sur les définitions posées par le Bureau fédéral de l’égalité entre femmes et hommes, à l’origine de plusieurs publications de référence sur le sujet 1 .

Il existe de deux sortes de « travail de care » : direct et indirect. Le « travail de care direct » comprend les prestations de soin, de prise en charge et d’éducation fournies directement, mais aussi la responsabilité de surveiller comment se passe la prise en charge. La planification du travail des différentes personnes et institutions intervenant dans la prise en charge en fait partie. En Suisse, 35% de la population résidante permanente de 15 à 64 ans prend régulièrement en charge des enfants ou des adultes en Suisse. Cette part équivaut à 1,9 million de personnes. Le volume de travail de care direct représente plus de 80 milliards de francs par an.

Le « travail de care indirect », c’est le travail domestique lié à la prise en charge de la famille (faire la cuisine, le ménage, les lessives, les achats, etc), soit toutes les tâches indispensables que les personnes aidées ne peuvent en général pas effectuer elles-mêmes. Le volume du travail de care indirect se chiffre à 20 milliards de francs par an.

Encourager une meilleure répartition du travail de care entre femmes et hommes

Ce projet a reçu l’aide financière prévue par la Loi sur l’égalité entre femmes et hommes car on sait que les femmes sont majoritaires dans les tâches de « care », ce qui les empêche d’être plus actives sur le marché de l’emploi. Parfois, l’impossibilité de concilier les deux mondes les conduit à quitter un emploi. Cette décision de retrait de toute activité professionnelle lucrative, voire même de diminution drastique du taux d’activité, compromet l’avenir des femmes en termes de couverture sociale. Il n’est en effet pas rare que les couples de plus de 50 ans divorcent. Toutes les années passées à s’occuper presque exclusivement du partenaire, des parents ou des beaux-parents pèsent lourd sur la future retraite des femmes qui s’en trouve fortement réduite. Les bonifications pour avoir aidé et soigné des proches adultes sont un des objets discutés au sein de la Commission sociale du Conseil national. Mais de nombreuses années s’écouleront encore avant que des solutions satisfaisantes ne soient adoptées.

Grâce à des projets comme info-workcare.ch, la sensibilisation sur le sujet grandit. L’objectif est, pour Travail.Suisse, d’encourager l’aide intergénérationnelle au sein des familles. Certes cette aide est nécessaire du point de vue macro-économique puisque le volume d’heures travaillées représente des dizaines de milliards chaque année dont on ne saurait se passer. Cette aide est surtout souhaitée par les personnes qui en bénéficient, comme par les proches aidants qui s’investissent volontiers et sans compter auprès de leurs aînés. Pour eux, il est d’abord question d’attachement et de sentiment d’être redevable après avoir beaucoup reçu. Pour Travail.Suisse, il est important que tous, hommes et femmes, prennent leur part de manière équitable. Cette noble tâche d’aider ses parents concerne tout le monde et ne peut être un domaine « réservé » aux seules femmes.

La reconnaissance officielle du statut du proche aidant – un passage obligé

Reconnaître officiellement le statut de proche aidant, par exemple en prévoyant une modique allocation fédérale pour soins ou en finançant un temps de repos, permettrait aux très nombreux proches aidants en Suisse de se considérer comme tels et d’oser parler de leur situation à leur employeur. Cela est à l’ordre du jour de la Commission de la sécurité sociale et de la santé publique CSSS. Enfin reconnus, les proches aidants pourront négocier des aménagements adéquats au travail. Ils éviteront du coup de tomber eux-mêmes malades, victimes du surmenage intense résultant des tensions auxquelles conduit l’articulation difficile de l’activité professionnelle avec l’aide apportée aux proches.
D’autres facettes du « work and care » méritent l’attention. La couverture dans le deuxième pilier des personnes qui réduisent leur activité professionnelle pour s’occuper de leur partenaire plus âgé et/ou malade en est une. Le Président de transfair, Stefan Müller-Altermatt, a déposé lors de la dernière session parlementaire un postulat demandant au Conseil fédéral d’étudier cela. Il avance l’idée d’une prise en charge de la part patronale par un fonds fédéral.

Quand un ou une proche aidant-e bénéficie des allocations de chômage et recherche du travail, il ou elle est obligé-e d’accepter tout travail convenable qui lui est proposé. Actuellement, les critères retenus par les ORP pour, le cas échéant, pénaliser un éventuel refus d’un poste de la part des chercheurs d’emploi, ne prennent pas en compte la situation de « care » déjà assumée. C’est pourquoi la motion déposée par Müller-Altermatt demande de modifier la Loi sur l’assurance chômage pour que les tâches de care réalisées soient prises en compte lorsqu’on lui propose un travail.

A quand une « Journée nationale de proches aidants » ?

Là aussi, il s’agit de reconnaissance du statut de « proche aidant ». Car la recherche s’accorde sur le constat que le statut de proche aidant n’existe pas sur le marché du travail. Il commence à être pris en considération dans les différentes institutions de soins pour les proches. En Suisse romande, les cantons romands font figure de pionniers puisque pour la troisième année consécutive, six cantons célèbrent ce dimanche 30 octobre la « Journée romande des proches aidants » 2 , soit cinq jours après le lancement d’info-workcare.ch.

Cette initiative romande de sensibilisation et d’information gagnerait à être étendue à l’ensemble du pays, mais avant cela, un gros travail préalable doit être entrepris au sein de plusieurs cantons suisse-alémaniques auprès des autorités cantonales mais aussi des diverses associations actives dans le domaine, à l’instar de ce qu’a entrepris le canton de Vaud depuis quelques années. Le lancement d’"info-workcare.ch":http://www.info-workcare.ch y contribuera sans aucun doute.


1 « La protection sociale du travail de care non rémunéré. Les besoins d’adaptation de l’Etat social liés à l’évolution du partage du travail entre femmes et hommes » 2012, Bureau fédéral pour l’égalité entre femmes et homme, Berne.
« Reconnaissance et revalorisation du travail de care. Agir pour l’égalité ». 2010, Bureau fédéral pour l’égalité entre femmes et hommes, Berne.
2 http://journee-proches-aidants.ch/

Annexe Dimension

2016 10 26 Nouvelle-platforme info-workcare f.doc 51 KB

26 octobre 2016, Valérie Borioli Sandoz, Responsable politique d'égalité Drucker-icon

La première plateforme nationale pour proches aidants

Travail.Suisse, l’organisation faîtière indépendante des travailleurs et des travailleuses, présente aujourd’hui à l’occasion d’une journée d’étude intitulée « Concilier l’activité professionnelle et le travail de care – des réponses concrètes et des pistes pour l’avenir » la première plateforme nationale destinée aux proches aidants qui travaillent. Lors de la journée, le site internet www.info-workcare.ch a été lancé, lequel encourage l’aide intergénérationnelle au sein des familles. suite

Dans un futur proche, il y aura toujours plus de personnes âgées en Suisse qui nécessiteront d’une prise en charge et de soutien. Nombre d’entre elles souhaitent rester à la maison le plus longtemps possible. Afin de rendre cela possible, leurs proches offrent leur aide – parfois quand bien même ils exercent une activité professionnelle. Concilier un travail à l’extérieur et les soins à ses proches est tout sauf facile. Parallèlement, l’économie a besoin d’un maximum de personnes qualifiées vivant en Suisse vu qu’il est de plus en plus difficile de recruter dans d’autres pays. Les besoins des uns et des autres sont, à l’évidence, divergents.

C’est pourquoi, à l’invitation de Travail.Suisse, des représentants de la recherche et de la politique nationale ont fait le point aujourd’hui sur les réponses concrètes et les pistes à explorer à l’avenir. Une partie des travaux originaux issus du Programme national de recherche PNF 67 sur la fin de vie ont été présentés par le Dr. Yannis Papadaniel, de l’Université de Lausanne. L’étude qualitative fait apparaître que la notion de « proche aidant » n’est pas opératoire dans le monde du travail. La seconde spécialiste invitée, Heidi Stutz du Bureau BASS, a présenté les possibilités d’action et mesures à prendre pour faciliter la conciliation. Elle a rappelé que la prise en charge des proches ajoutée à des soins non payés est un facteur de pauvreté important. Toute mesure prise doit maintenir la protection sociale des personnes concernées mais aussi rester proche du marché du travail. La chercheuse le souligne : « Avant tout, on a besoin d’une culture de la conciliation ».

La conciliation doit absolument être améliorée

Travail.Suisse, de son côté, n’a pas attendu pour offrir une réponse concrète aux proches aidants qui travaillent. Depuis aujourd’hui, elle offre une aide efficiente et ciblée grâce au site internet www.info-workcare.ch. Le site offre gratuitement des informations, des conseils, des outils et des adresses de proximité à tous les proches aidants actifs professionnellement. L’offre en information s’adresse de manière ciblée aux proches aidants qui prennent en charge et soignent leurs proches – principalement âgés – et les aide à concilier leur activité professionnelle et leur travail de care.

„Avec cette nouvelles offre, nous voulons encourager l’aide intergénérationnelle au sein des familles, tant de la part des hommes que des femmes“ déclare Valérie Borioli Sandoz, responsable de la politique de l’égalité et en charge du projet.

Deux parlementaires fédéraux ont présenté leurs interventions, dont le Président de transfair Stefan Müller-Altermatt, puis discuté des travaux en cours et à venir sous la coupole fédérale, débattu avec les chercheurs, avant que le Président de la Confédération Johann Schneider-Ammann explique combien il est important – encore plus en période de manque de main d’œuvre qualifiée – que les proches aidants restent intégrés dans le marché du travail. « Les proches aidants doivent bien entendu pouvoir continuer de travailler. Pour cela, les informations sont nécessaires, beaucoup d’information, spécialement au sein des entreprises ». Le Président de la Confédération a félicité Travail.Suisse pour le lancement de www.info-workcare.ch qui constitue un premier pas important dans la bonne direction.

La conciliation entre la famille et le travail gagne en importance, en particulier dans un contexte de pénurie de main d’oeuvre qualifiée. Travail.Suisse a publié sa position dans un document à l’occasion de la rencontre au sommet « Fachkräfte Schweiz », lequel montre comment et où une meilleure conciliation est en mesure de combattre les effets d’un manque de main d’œuvre qualifiée.

» Document de position „Développer sérieusement le potentiel de la main-d’œuvre indigène“

Plus d’informations:
Valérie Borioli Sandoz, Responsable Politique de l‘égalité Travail.Suisse, 031 370 21 11, 079 598 06 37

Annexe Dimension

2016 10 25 Presentation V-Borioli info-workcare f.pdf 1631 KB

2016 10 25 Presentation Y-Papadaniel PNR67 f.pdf 361 KB

2016 10 25 Presentation H-Stutz BASS f.pdf 149 KB

2016 10 25 Praesentation S-Durrer BFEG f.pdf 934 KB

BAG 2014 Bestandsaufnahmen Angehoerige Resume f.pdf 91 KB

Vorstoesse Parlament-und-Statement f.pdf 310 KB

25 octobre 2016, Valérie Borioli Sandoz, Responsable politique d'égalité Drucker-icon

Contacts médias

Contacts pour les médias

Contacts pour les médias:

Linda Rosenkranz
Responsable de la communication
031 370 2111 ou
079 743 5047
rosenkranz@travailsuisse.ch

Présente lundi, mardi, mercredi

Communiqués de presse

Service médias

Conférences de presse

Résultats et évaluation des négociations salariales 2017

Télécharger le dossier médias

Archives